Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Romain Mesnil

Vous trouvez que mes actualités ne sont pas mises à jour assez regulièrement sur mon blog?

Vous avez raison.

Comme beaucoup, je poste mes messages beaucoup plus régulièrement sur Facebook et Twitter. Venez me donc m'y rejoindre, ils complètent le blog merveille. Les informations y sont visibles même sans y être inscrit.

Archives

12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 11:01
LA CHRONIQUE DE ROMAIN MESNIL : : Les « France » en ligne de mire  PANORAMIC









Je vais nourrir, chaque semaine, le journal de ma préparation sur Coach365. Les propos seront receuillis par Sophie Danger, voici l'interview:


                                                                     
Retour sur Eaubonne

« En termes de performances, ma sortie à Eaubonne n’a pas eu les résultats escomptés. C’était ma troisième sortie de l’hiver. Avant, il y avait eu Oyonnax (5,50m) et Mondeville (5,60m) mais c’était très tôt dans la saison. J’étais sur un élan moyen et je n’avais pas encore la forme qui convenait. Pour Eaubonne, j’ai décidé de prendre un élan plus long mais un peu tard dans la compétition. De fait, j’ai eu des problèmes de réglages durant toute ma sortie. C’est passé à 5,40m mètres. Ma perche était souple, ce qui fait que, en général, on touche en montant. Je n’ai pas osé changer tout de suite. Du coup, je manque deux derniers essais. Le premier sur une grosse faute technique, le deuxième parce que ma perche est souple, le troisième parce que je n’ai pas voulu changer. Bêtement je passe et je touche en laissant traîner le coude.

Mais c’est souvent comme ça à la perche. Ce sont souvent des problèmes de réglages. Mais la forme est là. Comme je fais un peu l’impasse sur la saison hivernale, je n’ai pas ‘‘ une caisse ’’ qui va permettre de faire des concours très longs. Mais maintenant que je vais pouvoir commencer plus haut et que les réglages arrivent, j’espère pouvoir me faire plaisir durant les deux dernières compétitions qui me restent et faire des perf sympas. »

Travailler les réglages
« Il y a plusieurs choix à faire dans notre discipline. Il y a les choix de perches, de dureté, le choix des poteaux*, le choix de levier sur la perche c’est à dire la hauteur de la main supérieure sur la perche. Tout ça donne un petit côté aléatoire à notre spécialité. Nous sommes obligés de faire pas mal de compétitions pour pouvoir faire les bons choix, les choix justes, sachant, qui plus est, que ces choix se font pas mal de manière instinctive. Souvent, en début de saison ou lorsque l’on a eu un petit pépin physique comme moi à l’épaule, on est perdu. Ça explique pourquoi on rate parfois des compétitions en ayant la forme. »

* « Il existe des règles concernant l’endroit où l’on plante la perche dans le butoir. On règle les poteaux entre 0 et 80 centimètres derrière. »

Repartir de zéro

« C’est pareil pour le sprint ou d’autres disciplines athlétiques. Il suffit que l’on coupe quinze jours physiquement, et il faut tout recommencer. Après on remet la machine en route. On s’entraîne alors sur de la fatigue, ce qui fait que certains repères changent. On fait de l’entraînement sur tout petit élan avec des petites perches. Les repères que l’on a eus l’année d’avant - même si, en règle générale, on garde les mêmes marques de passage pour les mêmes perches - on les remet, globalement, tous en question. Il y a également une histoire de confiance qui revient petit à petit.

En Championnats du monde, lorsque l’on finit la saison, on est en super forme donc on prend tout de suite des perches très dures. Quand on reprend la saison, la forme n’est pas encore là. Il y aussi la façon de voir arriver le butoir, ces images ne sont pas encore intégrées ; à l’entraînement, on voit le butoir arriver bien sûr, mais on le voit plus lentement ; en compétition, on le voit arriver vite.

Tout cela fait que l’on reprend les choses à zéro même si globalement, la technique est là. Pour ce qui est de mon cas personnel, j’essaie de ne pas penser aux repères de l’année d’avant. Le risque, dans ces cas-là, est de courir après. On a alors la tentation de se dire : ‘‘ L’an passé, je prenais telle perche à telle période. Là, il faut que je prenne la même. ’’  Si on pense en ces termes, on se fausse complètement. On peut penser que l’on est moins en forme parce que, à même date, on prend des perches plus souples alors que, finalement, la saison n’est pas forcément la même, la forme non plus. A contrario, comme je l’avais fait en 2004, on peut se croire super fort d’emblée parce que l’on utilise des perches très dures mais, en ce qui me concerne, cela signifiait simplement que, techniquement, je faisais moins bien certaines choses.

Tout cela est assez ambigu. Pour le saut à la perche, il y a besoin de confiance, de réglages et de forme. Ces trois ingrédients permettent d’être régulier. Parfois, néanmoins, lorsque l’on est fatigué mais que, techniquement, on s’en sort bien, on peut quand même sauter haut. C’est ce qui m’est arrivé l’an dernier lorsque j’ai fait 5,75m début mai pour ma première compétition. Je n’étais pas en forme, j’ai pris une perche qui n’était pas très dure mais, à ce moment-là, ça a suffi pour passer la barre. »

Les sensations

« Je me sens bien en course. C’est la bonne chose. Par contre, je manque de repères techniques parce que, comme je me suis blessé à l’épaule il y a un mois et demi, je manque de repères de saut à l’entraînement. »

Les Championnats de France à Bordeaux

« C’est un événement important. C’est aussi un petit clin d’œil. Il y a dix ans, les ‘‘ France ’’ étaient aussi organisés à Bordeaux. J’avais gagné avec 5,65m devant Galfione. C’était mon avènement au haut niveau. Cette année, on revient à Bordeaux ! Quoi qu’il en soit, viser le titre ne sera pas facile. J’ai des concurrents très sérieux avec la présence, notamment, de Jérôme Clavier qui a fait 5,80m il y a dix jours et qui a refait 5,70m à Eaubonne. Il est fort et régulier. Il va falloir bien se bagarrer pour la victoire et j’espère que d’ici-là, j’aurai plus d’éléments. »

Objectifs pour Bordeaux

« Depuis le début de la saison, j’ai envie de faire au moins 5,70m. Chaque fois, j’en ai plus ou moins les moyens. Je pense qu’il faudra au moins ça pour gagner le titre. Quoi qu’il arrive cependant, je n’envisage pas de disputer les ‘‘ Monde ’’. Comme je me sentais bien au mois de décembre, je m’étais dit que, si j’étais bien réglé dès le début de la saison, je les ferai certainement. Là, ce n’est pas le cas. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Romain Mesnil - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Mes partenaires

stade bordelais