Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Romain Mesnil

Vous trouvez que mes actualités ne sont pas mises à jour assez regulièrement sur mon blog?

Vous avez raison.

Comme beaucoup, je poste mes messages beaucoup plus régulièrement sur Facebook et Twitter. Venez me donc m'y rejoindre, ils complètent le blog merveille. Les informations y sont visibles même sans y être inscrit.

Archives

9 janvier 2006 1 09 /01 /janvier /2006 14:22

    Voici un article de Cyril Pocréaux d'octobre 2005 qui représente assez bien mon état d'esprit. Même si je n'aime pas le titre car je n'ai jamais perdu l'envie de sauter à la perche à haut niveau!!
    Ma blessure n'était  pas une inflammation d'un tendon mais un rétablissement d'un ligamentoplastie de la cheville droite.
    La précision de la DTN en fin d'article n'explique pas le fait que n'ai pas été mis sur les listes de pré-sélection

ROMAIN MESNIL : « J’AI RETROUVÉ L’ENVIE »


  Romain Mesnil a fait escale à Tahiti, où il comptait avec Vanessa Boslak et Vincent Le Dauphin parmi les têtes d’affiche du 4e meeting International, organisé par la fédération polynésienne le 1er octobre. Il en a profité pour faire le point sur sa saison 2005, la nouvelle génération de la perche française, le recul que ses différentes blessures (une inflammation du tendon de la cheville et une pubalgie) lui ont permis de prendre et son avenir de perchiste. Interview.


Athle .com : Romain, comment avez-vous digéré votre déconvenue de cet été, quand vous aviez réalisé les minima pour Helsinki après la date butoir ?
Romain Mesnil
: Il est clair que cet épisode m’a marqué. Personne n’avait prévu ou pensé que je puisse faire les minima, même tard. Mais je sentais depuis un moment que cela commençait à revenir, et avec mon entraîneur nous l’avions fait savoir. Il aurait fallu que quelqu’un fasse le lien pour le dire au DTN, pour expliquer qu’à la perche, tout peut arriver. Ce qui n’est pas le cas dans toutes le disciplines. Même si je n’avais pas un potentiel à 6 m, même si j’étais passé à côté de mes deux derniers grands championnats.


- Qu’avez-vous tiré de cette histoire ?

- J’essaye toujours de positiver. J’ai envie d’utiliser ça, comme mon échec aux Jeux olympiques d’Athènes, pour aller de l’avant. Après, les conseils du genre « tu dois devenir plus tueur », ça ne m’intéresse plus, ça ne m’atteint plus. J’y ai souvent eu droit, mais ça ne m’apporte rien. Et ce n’est pas ma façon de voir les choses. Ce qui me gêne dans le fait de ne pas avoir été sélectionné pour Helsinki, c’est que j’y serais allé sans pression. Et ça, cela aurait été super intéressant. En particulier dans la perspective de 2008.

- Avez-vous, avec le recul, compris quelles d’où venaient vos difficultés en grand championnat ?
- Il y a eu des problèmes précis à chaque fois, des problèmes que j’ai aujourd’hui identifiés. Je ne vais pas dire que c’est dû à un manque de chance… J’ai été blessé longtemps, et le fait de ne rien faire pendant cette période m’a permis de prendre du recul sur moi-même. J’ai compris que je devais simplifier les choses, aller à l’essentiel. J’ai des idées précises sur ce que je dois faire pour être à nouveau bon. C’est peut-être une forme de maturité, ou d’expérience de ce que j’ai appris avant. J’ai une ligne directrice, je sais où je vais. Je ne veux plus me poser de questions.

- Et où allez-vous ?
- Disons… (il réfléchit) je dois aller vers le succès personnel. Cela regroupe pas mal de choses, des choses qui me correspondent.

- Et en quoi consiste cette ligne directrice dont vous parliez ?
- Je vais vous raconter quelque chose… Lorsque j’ai commencé la perche, j’étais jeune, doué, je réalisais de bonnes perfs. Cela a duré comme ça jusqu’à ce que je saute 5,93 m (record d’Europe espoirs, ndlr). Après, plein de choses arrivent : les contraintes de l’argent, vous représentez l’équipe de France... J’avais des devoirs, une obligation de résultats. Des devoirs, mais pas d’envie profonde. En prenant du recul, cette envie profonde est revenue. L’envie d’obtenir certains résultats, et pas d’autres, des réussites qui me correspondent, des choses importantes à mes yeux.

- C'est-à-dire ?
- Ce sont des objectifs, des envies, que j’aurais plaisir à réaliser, en fonction de mon potentiel. Mais je ne vous dirai pas lesquels… C’est simple : c’est ce que, au fond de moi, j’ai envie de réaliser.

- Vous fonctionnerez toujours, cette année, avec la même structure ?
- Tout à fait. Je m’entraîne toujours avec George Martin, et je suis installé depuis un an à Bordeaux pour éviter les trajets que j’effectuais depuis Toulouse. Mais désormais, je travaille à tiers-temps, dans une société informatique. Je ne me consacre plus à temps plein à l’athlétisme. J’ai connu une période vraiment dure en 2005, après les Jeux, et le travail m’a aidé. C’est très bien d’être reconnu pour autre chose que pour la perche.

- Au niveau physique, votre opération à la cheville de l’automne dernier est oubliée ?
- Je commence à ne plus penser que j’ai été opéré. Mais je ressens encore un peu la pubalgie que j’ai subie cette année.

- Quel est votre programme pour les prochains mois ?
- je compte faire toute la saison en salle. Je pense n’avoir rien perdu de ma technique. Quant au physique, il reviendra. De toute façon, je n’ai jamais eu un physique énorme. En 2003, j’étais techniquement très bien réglé. En 2004, j’allais très vite mais ma technique n’était pas organisée en conséquence. Il faut désormais que je combine les deux.

- Aujourd’hui, vous êtes une dizaine de perchistes, en France, à avoir déjà franchi 5,70 m. Quel regard portez-vous sur cette génération ?
- C’est une très bonne chose, mais cette génération n’est pas arrivée là par hasard. Je pense que ce que nous avions mis en place en 2002, après le départ de Maurice Houvion, a aidé. Nous avons effectué des stages entre nous, entre perchistes de l’élite, en y joignant aussi les jeunes. Nous étions par exemple partis en Bretagne, chez Jean (Galfione). Mine de rien, cela a contribué à cette densité actuelle, bien dans la lignée de la perche française. Même s’il ne faut pas se leurrer : une époque comme celle des perchistes du Racing, dont on nous parle tout le temps, n’arrivera plus jamais. Le niveau mondial actuel n’a plus rien à voir avec cette période. Pour l’heure, tous les perchistes n’ont pas réussi à être à leur meilleur niveau ensemble la même année. Tous ont du potentiel, ils progressent à leur rythme. C’est l’avenir qui dira jusqu’où ils iront.

- Vous êtes désormais « l’ancien » de la perche française…
- Ça fait drôle, c’est vrai. On s’aperçoit alors que tout passe vraiment vite. Vous êtes le plus jeune des perchistes, et en un claquement de doigts, vous vous retrouvez le plus ancien…

*précision de la DTN :  le lien avait  été fait et des ouvertures concrètes avaient été  proposées sur les Championnats de France Etite et le meeting de La Roche sur Yon, mais Romain Mesnil avait passé 5,75 m après la date butoir du 25 juillet, et n’avait donc pas été inscrit sur la liste des sélectionnés envoyées à l’IAAF le 25 au soir.



Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour Athle.com
Ecrit le 04/10/2005 23:45:47

Partager cet article

Repost 0
Published by Romain Mesnil - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

perugorria 28/08/2010 21:12



salut romain je suis fier de ce que tu fait. je voudrai avoir ce livre ou . tu a un talan ces certin auquel tu fait des procre je ten filicite bravo



malika 22/08/2009 22:51

bonsoir,Tout d'abord FELICITATIONS Romain pour ta performance à Berlin, c'etait magnifique, j'ai vu ta détermination et cela a bien payé. Scotché à mon téléviseur j'ai trouvé ton parcours fabuleux tu as tout donné et vice-champion du monde c'est énorme , j'en perds mon language en tout cas continue comme ça je te soutien parmi tant d'autres, tu as tout pour toi ainsi que la beauté (t'est tro craquant en fait) là je m'égare allez à ta prochaine performance, de gros bisous de la part d'une fan éternelle.

Articles Récents

Mes partenaires

stade bordelais